Concerts

 
(c) droit réservés

That'll be the day
(Buddy Holly / Jerry Allison / Norman Petty)
(c) MPL communications Inc.
(c) Melody Lane Publications Inc.
représenté par SEMI pour France & territoires SACEM

(p) 1957 Coral records - interprété par Buddy Holly & The Crickets

THAT'LL BE THE DAY par BUDDY HOLLY & THE CRICKETS

Style : Crooners & 50's

"Well, that'll be the day when you say goodbye
Yes, that'll be the day when you make me cry,
You say you're gonna leave, you know it's a lie,
'cause that'll be the day when I die"

"February 3, 1959 – the day the music died"
Pour beaucoup de spécialistes et de fans de musique, cette date marque la disparition d'un des musiciens et compositeurs les plus influents du rock et de la pop music: Charles Hardin Holley dit Buddy Holly.

En moins de 3 ans, Buddy Holly apporta une oeuvre essentielle et intemporelle qui influenca quelques unes des plus grandes figures du rock telles que The Beatles, The Rolling Stones, Bob Dylan, Elvis Costello,...
Retour sur une carrière à l'allure de comète au travers de l'histoire d'un de ses classiques, "That'll be the day" - titre tout choisi pour marquer aujourd'hui les 50 ans de la disparition du 1er rocker dandy.

Le 22 juillet 1956, Buddy Holly & The Three Tunes enregistrèrent au studio Decca de Nashville une chanson inspirée par l'expression, "That'll be the day", que John Wayne répétait dans "The Searchers", film que Holly et le batteur Jerry Allison avait vu au cinéma un mois auparavant.
Les exécutifs de Decca n'eurent que peu d'intérêt pour le titre qui ne sorti finalement pas (cette première version voit Holly chanter trop haut par rapport à sa tessiture normale suite à l'insistance d'un des producteurs de Decca - la version étant par ailleurs plus lente).
Le succès n'étant pas encore au rendez-vous et son contrat avec Decca arrivant à terme en janvier 1957, Holly prend les devants et part rencontrer le producer Norman Petty dans son studio à Clovis, Nouveau Mexique.
Buddy admirait le chanteur Buddy Knox dont le hit rockabilly "Party Doll" avait été produit par Petty et il voulait signer avec le même label que Knox, Roulette.
Il enregistra avec Petty une nouvelle version de "That'll be the day" le 25 février 1957 que Roulette refusa, ainsi que Columbia, RCA et Atlantic - en gros, la plupart des plus grands labels américains de l'époque.

Ce fut l'idée de Petty d'envoyer les enregistrements de Holly au bureau de Peer-Southern Music à New York. L'un des éxécutifs de Peer passa ainsi les titres à Bob Thiele, fondateur de Coral records, qui signa Holly. Ironiquement, Coral était une sous-division de Decca.
Dans son contrat original avec Decca, Holly avait une clause dit "catalogue" qui l'interdisait de ré-enregistrer les titres déjà enregistrés chez Decca, même si ces derniers n'étaient jamais sortis. Afin d'éviter tout problème juridique à Holly, Petty eu l'idée de sortir "That'll be the day" sous le nom de groupe The Crickets, single qui fut #1 aux USA le 23 septembre 1957.

Holly eu très vite 2 autres hits la même année, "Peggy Sue" et "Oh, boy!" et 7 titres dans les charts en 1958 dont "Maybe maybe", "Rave on" et "Think it over".

Le 2 février 1959, The Crickets, en pleine tournée (The Winter Dance Party – show qui traversait 24 villes en 3 semaines), jouent au Surf Ballroom à Clear Lake, Iowa. Juste après le concert, fatigué de voyager dans un tour bus peu confortable dont le chauffage avait lâché quelques temps après le début du tour, Buddy propose de booker un petit avion privé pour l'amener lui et son groupe à Fargo dans le Dakota du Nord. Il y avait 3 places dans ce petit mono moteur en plus du pilote et finalement Buddy y prit place avec 2 des artistes avec qui il partageait le tour : Richie Valens ("La Bamba", qui gagna sa place à pile ou face juste après le show à Tommy Allsup, le guitariste rythmique de Buddy) et The Big Bopper (connu par le titre « Chantilly Lace » - Waylon Jennings, bassiste de Buddy, lui ayant cédé sa place).
Le Beechcraft Bonanza décolla juste après 1 heure du matin au milieu d'une forte tempête de neige. Quelques minutes plus tard, il s'écrase dans un champ de maïs gelé, tuant sur le coup les 3 artistes et le pilote. Le 3 février 1959 – « The day the music died ».

Quelques liens YouTube pour retrouver Buddy:
That'll be the day - Buddy Holly & The Crickets lors d'un show TV US

Buddy Holly on the Arthur Murray Dance Party 12/29/57 - Peggy Sue

Version en anglais de Françoise Hardy